AccueilAubépine monogyne (Crataegus monogyna)

Aubépine monogyne (Crataegus monogyna)

L'aubépineL'aubépineL'aubépine

Du soleil ou pas trop d’ombre et elle est là. On la trouve partout en France jusqu’à 1 600 mètres d’altitude car elle n’est pas très exigeante question sol et climat. Une terre non gérée pendant 3-4 ans et la voilà qui s’installe. Avec le prunellier, c’est un arbrisseau de la famille des rosacées, dépassant rarement dix mètres de haut qui colonise l’espace disponible rapidement. Elle forme rapidement des buissons épars, qui s’étoffent et finissent par se rejoindre. Un ourlet dense de différentes plantes se constitue à son pied créant ainsi une zone refuge confortable aussi bien pour les plantes de demi-ombre que pour la faune. Car l’aubépine sait se défendre, elle possède des épines redoutables. Ainsi, maints oiseaux peuvent y faire leur nid.
En mai, l’aubépine se couvre de fleurs blanches, en grappes nombreuses, très odorantes qui attirent beaucoup d’insectes butineurs. Puis viendra le fruit, rouge clair au début pour finir sombre à l’automne. Ils constitueront une bonne part de la nourriture des oiseaux pour l’hiver. En évacuant le noyau, ils dissémineront la plante tout autour. Juste retour des choses.

Il existe une autre aubépine, l’aubépine épineuse (Crataegus laevigata), moins répandue et plus exigeante écologiquement. La différence la plus évidente se voit au profil des bords de feuilles. La feuille de la monogyne (Le terme monogyne est un qualificatif qui désigne une colonie d'animaux sociaux (ex abeilles, fourmis, termites…)) est plus profondément découpée que l’épineuse à peine trilobée (Feuille comportant 3 lobes (ex le trèfle)) au sommet. Pas de chance, les deux espèces peuvent s’hybrider formant ainsi des individus intermédiaires.
Une plante aussi répandue ne pouvait pas avoir aucun usage ! Mais attention à ne pas se tromper d’espèces pour les usages médicinaux.
Son bois, à croissance très lente (une aubépine peut vivre 500 ans), donc dense et dur, servait autrefois à réaliser des pièces de mécaniques. Actuellement, elle est surtout présente dans les haies d’ornement (avec des variétés horticoles aux fleurs vieux rose) pour les propriétés dissuasives de ses piquants, sa copieuse floraison très odorante et la couleur de ses feuilles à l’automne. Toutefois, il est utile de se renseigner auprès des services de l’Etat au sujet du feu bactérien dans certains départements.

Publié le : 27/06/2011 10:36

Ils ont commenté cet article

Il n'y a pas de réaction.

Imprimer la page

Réagissez à l'article

Vous devez être connecté, pour poster un commentaire. Cliquez ici
Imprimer la page